Google déclare la guerre aux mauvais élèves


google déclare la guerre aux mauvais élèves

Personne n’a pu passer à côté de la défiance qui se manifeste depuis quelques années vis-à-vis des intervenants majeurs du web comme Google, en raison notamment de leur manque de déontologie face aux stratégies publicitaires, parfois peu scrupuleuses, de certains de ses clients. Pour lutter contre cette réserve, Google a contre-attaqué et déclaré la guerre aux mauvais élèves qui matraquent des publicités mensongères ou jugées comme choquantes en termes de morale. Cet assaut s’attache particulièrement au contenu des annonces politiques.

L’OBJECTIF AFFICHÉ DE GOOGLE

Google obtient la plus grande partie de ses revenus (80% de ses gains) par la publicité. Il lui est donc devenu nécessaire de rétablir la confiance des internautes en ce média, pour préserver cette source de profit. C’est l’objectif premier que s’est fixé Google, en décidant de mettre en place les moyens de lutter contre les annonces qui font naître la suspicion dans l’esprit des utilisateurs. Dans le même temps, Google améliore la visibilité des autres annonces, qui deviennent ainsi plus rémunératrices. C’est pour cela que le nombre de publicités retirées par Google même, se chiffre en milliards sur une année (2,3 milliard en 2018)… D’ailleurs le titan d’internet promet de continuer ses efforts pour crédibiliser plus encore ses contenus et ses actions, afin de les rendre totalement fiables aux yeux des cybernautes.


QUI EST CIBLÉ PAR CETTE OFFENSIVE ?

Google a mis sur pied une stratégie de lutte centrée sur plusieurs axes. De cette façon, il entend s’attaquer à tout ce qui peut être répréhensible d’un point de vue moral ou légal. Ce n’est pas seulement le contenu de l’annonce qui est ciblé, mais aussi les idées véhiculées par l’entité qui l’a créée ou commanditée. Donc, les opinions contraires aux bonnes mœurs ou à l’éthique sont chassées et débusquées, même si elles sont bien cachées.

La politique dans son ensemble est particulièrement passée au crible. Chaque publication est soigneusement examinée, notamment en périodes d’élection. Google s’offre même désormais le luxe de publier un rapport sur le financement de chacune de ces annonces politiques, tournant autour d’une élection.
Bien sûr, les contenus mensongers ou le fishing, qui conduit à hacker les internautes, font partie intégrante de cette chasse aux sorcières et sont les premières cibles de ce nettoyage en règle.

Les publicités intrusives sont également dans le viseur de Google, qui leur reproche, à l’instar des internautes, d’être trop intempestives, en occultant parfois les autres contenus. Il est, le plus souvent, impossible de les fermer facilement, ce qui a le don d’exaspérer n’importe quel utilisateur.
Mais les annonces correspondant à ces descriptions ne sont pas les seules à être supprimées… Tout ce qui fait l’apologie de la contrefaçon ou menant à une fraude doit disparaître… Tout comme les contenus déplacés ou mettant en avant des produits dangereux ou des idées pernicieuses et dommageables.
La plateforme YouTube n’est pas épargnée par ce « toilettage vertueux ».


QUELS SONT LES MOYENS POUR RÉUSSIR CE CHALLENGE ?

Pour identifier les millions de publicités qui sont écartées quotidiennement, Google fait appel en partie au travail de programmes informatiques, qui sont chargés de discerner les mauvais joueurs, selon les paramètres définis par les collaborateurs Google. C’est cependant une équipe humaine qui finit le travail de vérification et tranche sur les cas litigieux.
En dehors de cet investissement numérique et humain, Google a ajouté plus de contraintes à ses conditions d’utilisation, afin de les rendre plus restrictives et de décourager les plus mal intentionnés. Grâce à toutes ces mesures, un million de comptes d’utilisateurs considérés comme des « mauvais annonceurs », a été fermé en 2018.

 

 

5/5  (1 avis)     Déposer un avis Google déclare la guerre aux mauvais élèves


Dans la même catégorie A lire

05/07/2018 : La nouvelle interface de Google Maps va faciliter les recherches de commerces
08/03/2018 : Algorithme de Google, ce qu’en pensent les professionnels du SEO
14/12/2017 : Mise à jour Google appareils mobiles
28/11/2017 : Google Phantom ou Fantôme une mise à jour efficace
29/09/2017 : Google Penguin, toujours actif
25/09/2017 : Google Possum, le bouleversement sur le SEO local

"Un article qui nous alerte"

5/5
Un article qui nous alerte sur le dispositif mis en place par Google. Les mauvais élève n'ont qu'à bien se tenir. Il y a fort à parier que comme toujours certains trouveront des parades à l'effort du moteur de recherche
Publié le 12-06-2019 18:11 par Albert